• Accueil
  • > Archives pour octobre 2009

Archive mensuelle de octobre 2009

Page 3 sur 4

Méditation

 une pousse dans l’ eau

des ailes nous poussent 

 dans le dos

 lorsque l’ esprit se pose…………………….

Image hébergée par Casimages.com : votre hébergeur d images simple et gratuit

Pour toi rikou!!!

Image hébergée par Casimages.com : votre hébergeur d images simple et gratuit

 

Je sais , ce n’ est pas vraiment cela mais c’ est pas mal non……………….

je ne connais pas son nom! Surprise

INVOCATION

Image hébergée par Casimages.com : votre hébergeur d images simple et gratuit

 

Le temps  passe  mais rien ne presse

L’important c’est d’avancer sans cesse 

Je marchais sans savoir ou aller

Aujourd’hui je sais , merci de m’avoir guidée

 

Des couleurs vives source de chaleur

Inondent ma tête et remplissent  mon coeur

Prendre la vie comme elle vient

Sans penser réellement a ce que sera demain. 

 

Larpp

 

Pour Marie, tendresse et val , lily, petit bout, Alain, Eric..

Image hébergée par Casimages.com : votre hébergeur d images simple et gratuit

 

Voilà les filles ! pour les hommes aussi!!! c’ est pour vous un bouquet de chocolats ……………………

allez Marie prends!!!! c’ est bon pour le moral avec des gros bisous………………..

 

quelques vitamines au choix! je sais que certaines prennent soins de notre ligne! je comprends …………………..
Image hébergée par Casimages.com : votre hébergeur d images simple et gratuit

je vous embrasse depuis les Iles! moi j’ y rêve encore!!!
lorette

Pierres et bambous

Image hébergée par Casimages.com : votre hébergeur d images simple et gratuit

 

Pénètre mon être à l’ aube

eau de la source renaissante.

 Vous êtes  reflets d’ argent

 mon âme grandit , pousse de géant.

 

 

 

Fleur du Japon

Image hébergée par Casimages.com : votre hébergeur d images simple et gratuit

 

Pommiers en fleur

barque de mon coeur

fleur de pommier japonnais

 enroulez moi  de pétales légers

de  parfums subtiles et sucrés .

 

Nageant dans vos brouillards
je suis seule à vous voir

cygne du lac d’ amour

aux frontières de l’ hiver

vous venez me faire signe .

 

J’ avance  dans le vent

de mes  nuages d’ enfant

me plonge dans vos songes

rose bleu,  rose et blanc.

LARPP

 

 

Masturbation enfiévrée des neurones d’un number two…

Je souffre de n’être plus que le dessous de la lampe

De voir s’assoupir mes lumineuses heures de gloire

J’enrage de sentir s’étouffer les feux de la rampe

Cligner des yeux, hésité, trébucher puis faire-valoir

 

Je ne suis plus qu’une flaque de sperme sur l’océan de mes envies

Je crève de n’embrasser que le derrière de la passion

Je suis un vieux volcan aux dents rongées par la jalousie

Je navigue comme un bateau ivre entre bénédiction et déréliction

 

Je ne suis à l’amour ce que le seau de glace est au champagne

De n’être qu’un malade de plus lorsque la fièvre me gagne

Je suis comme une paire d’yeux d’automne abusés par l’été

Je ne sais plus, j’ai oublié comment jouir d’une virginité

 

Que c’est lourd de contempler des yeux qui ont batifolé avec d’autres iris

Que c’est hard de caresser des mains qui ont tremblé sur d’autres peaux

Que c’est lourd et visqueux de s’apercevoir qu’on ne prête qu’au vice

Jadis étendard sanglant claquant aux vents et aujourd’hui porte drapeaux

 

Est-ce un crime de ne voir que le côté corbeau d’une tourterelle ?

Est-ce un crime d’être plus près de la caravane que du soleil ?

Est-ce un crime d’être perdu du mauvais côté de l’arc-en-ciel ?

De ces heures d’errance, j’entends déjà les soupirs de l’accordéon.

 

Je haïs ce chiffre deux, comme cette dualité qui m’empoisonne

Je me languis, puni, dans cette éternelle position d’attente

J’ai dû faire une putain de faute dans cette dictée suintante

L’ivresse de la perspective d’être premier, m’emprisonne

 

 

Je suis un vieux cow-boy, j’veux plus chanter en play-back

Pour une fois encore, je veux être la bouche avant le sexe

Pour une dernière fois, je voudrais être le majeur avant l’index

Je suis un vieux pervers, j’veux plus être le bourrin sous le cosaque

J’veux plus être le briquet qu’on bat avant la flamme

J’veux plus être l’éponge après le savon

J’veux plus que les Dieux bradent mon âme

Je ne supporte plus être Jésus derrière les santons…

 

Oui, je fus number one, il y a longtemps, dans une autre vie.

J’en ai encore la saveur tatouée sur ma langue.

Aujourd’hui, je ne rêve plus que de ce pays où il n’y a pas de number two…

Je trouverai ce pays de cocagne, mais je serais encore foutu d’être… Number tree…

 

 G.P

 

 

Hebergeur d'images

De guerre lasse (Conte pour grands enfants)

Une nuit sous la céleste voûte ponctuée de myriades de rêves

Ignorant les hommes, les étoiles jalouses se soulevèrent

Ce fut une guerre totale au-dessus de nos têtes

Étoiles contre rêves, réalité contre peut-être, trouble-fêtes

 

Bien fait pour notre gueule

Nous n’avions qu’à jouir

Et cesser d’être veules

Jusqu’à la tête s’enfouir

 

Les rêves battus ne pouvant plus revenir en arrière

N’ayant d’autres repaires que la nuit s’obstinèrent

Quel autre lieu qu’au-dessus de leurs anciennes demeures ?

Pour éviter l’oubli, ils se mirent à briller chaque nuit, chaque heure

 

Mais les étoiles propriétaires de cet espace les pourchassèrent

Elles qui aidèrent les hommes à fabriquer ces mêmes rêves  

Elles depuis, des éons immobiles, se regroupèrent

Et chassèrent nos songes sans relâche, sans aucune trêve

 

Elles créèrent la nuit noire, afin que nos songes se perdent

Les rêves déambulèrent dans d’autres univers  

Pendant ce temps-là, les hommes se déchirèrent

Enfants perdus, sans but, sans repaires au sein des guerres

 

Il fallut bien des lunes pour raisonner les astres

Il fallut bien des ruines pour que les hommes ouvrent les yeux

Sans rêves pour les guider, ils courraient au désastre

De leurs voeux pieux, ils fouillèrent les cieux

 

Ils fouillèrent en vain, les rêves se perdirent et…

S’éteignirent Orphelin de leur hypothétique avenir, il leur fallut créer d’autres destins

Mais les hommes capitulèrent, sombrèrent et l’espoir perdirent

Laissant la tristesse et mélancolie entamer un grand festin.

 

Aucun Dieu pour leur venir en aide

Aucun Dieu pour leur dire

Que la vie sans rêves est laide

Il n’existait aucun Dieu pour les soutenir…

 

Un jour, un homme se leva, sortit de sa chair

Prier les Dieux lui manquait, alors il rêva

Il songea tant et si bien, que la nuit devint claire

Point d’étoile pour les bouter, point de supernova

 

C’est ainsi que les rêves qui naissent la nuit

Attendent le jour pour éclairer nos chemins éparpillés

Et c’est ainsi que les étoiles moururent d’ennui

Sans le plus petit songe d’enfant pour les faire briller…

 

G.P

 

Hebergeur d'images

 

 

Qu’est-ce qu’elles ont à dire les étoiles ?!

Demandez aux étoiles si menues, si frêles

Si elles craignent un soleil dilettante.

Demandez aux puces si irritantes

Si elles ont peur d’un chien infidèle.

 

Demandez à mon doigt, mon majeur

S’il refuse de coopérer avec ma main.

Demandez à tous ces petits cœurs

S’ils ont peur d’un amour sans lendemain.

 

Demandez à mes frères et à mes sœurs

S’ils ont peur de mes mots endiablés.

Demandez aux foins, aux épis de blé

S’ils tremblent aux chants des moissonneurs.

 

Demandez aux vagues chargées d’écume

Si elles refluent devant l’immensité du ciel

Demandez aux Hommes ivres de fiel

S’ils reculent devant les mers de brume.

 

La taille n’est point, n’est plus un repère.

Elle n’est qu’un pont vers d’autre univers.

La différence n’est point, n’est plus…

Ce n’est qu’un leurre, rien de plus.

Pat.G

 

Hebergeur d'images

Fascinant … L’Eternel Féminin

Hebergeur d'images

Cliquez sur le lien ci-dessous une petite merveille :

http://www.artgallery.lu/digitalart/women_in_art.html

 

 

1234



annee2009 |
Welcome on Tlcpost |
Bouba la Princesse en live |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | elle
| Un regard différent sur l'A...
| Mohamed Romdhane