• Accueil
  • > Recherche : noir blanc triste

Résultat pour la recherche 'noir blanc triste'

Bon week end de la Toussaint.

 

Toussaint, la fête des saints…………..

La Toussaint est une fête catholique, en l’honneur de tous les saints du panthéon catholique, et non une fête chrétienne.

hebergeur d'image

Les protestants ne fêtent pas la Toussaint : ils sont allergiques aux saints ! ils ont ce terme en horreur, par réaction contre le catholicisme, qu’il s’agisse des Saint Pierre, Paul ou Jacques, de la Sainte Vierge ou du Saint Père, ou encore de la sainte croix, le saint suaire et autres saintes reliques…

Au IVe siècle, l’église grecque décide de fêter les martyrs chrétiens.

À l’origine, les premiers saints, après les apôtres, étaient des martyrs, morts pour leur foi. Cette fête est célébrée le premier dimanche après la Pentecôte dans l’église orthodoxe.

Au VIIe siècle, l’église catholiquefait du Panthéon de Rome une église dédiée à Sainte-Marie des martyrs. Ainsi, au culte des divinités romaines se substitue le culte des saints catholiques. C’est à cette occasion que la fête de la Toussaint est instituée.

À l’origine, elle est célébrée en mai. On l’a ensuite déplacée au 1er novembre. Pour des raisons pratiques, selon Jacques de Voragine .

Le 1er novembre, c’est aussi le jour de l’an celte et s’oppose au 1er mai.

La Toussaint, c’est la fête des saints et non la fête des morts !

Celle-ci a lieu le 2 novembre.

Cependant, parce que la Toussaint est un jour férié, il est plus facile de se rendre au cimetière ce jour-là !

hebergeur d'image

CONCERTO en DUO  ( hommage a mon père décédé un 31 octobre)

 

Dans les greniers, dans les tiroirs !

Je t’ ai cherché seule dans le noir. 

Je t’ai trouvé dans tes écrits,

Quelques photos en blanc et noir.

 

Dans la brume folle des fumées, 

J’ai traversé ton long parcours,

D’artiste carbonisé, 

Violoniste au cœur brisé.

 

Dans nos corps tristes, mal aimés,

J’ai découvert ton âme soliste.

 celle de ton violon m’appelle, 

Par ta musique, même, sans tes disques.

 

Dans la maison des souvenirs, 

Fille aux yeux noirs, je gardais espoir,

De te revoir dans les miroirs.

Appels de nuit, voulant mourir.

 

Mon corps a froid, ta voix n’est plus,

Je porte en croix ton râle.

Larmes de sang et cœur à blanc, 

Tu me ranimes par tes « je t’aime ».

 

Un goût de mort saoule mon corps,

Je sens la cire d’un cierge blanc

Tel un appel de ton néant.

 

hebergeur d'image

 

Dans mes sommeils, je m’émerveille, 

Tu me réveilles, chant du mourant,

Tes doigts d’artiste effleurent mon corps.

J’essuie les larmes du passé. 

 

De toi, pas un habit, pas un objet.

Pas un livre, pas un écrit, Seul

un écureuil en peluche, un jouet !

Cadeau d’antan, qui chavire mon cœur. 

 

Concert d’automne sans chrysanthème, 

Sans FA, ni MI, en ré mineur! 

Concert duo, pour ceux qui s’aiment

En FA en Mi et sans un heurt!

 

Dans ton royaume, vu d’en haut, 

Regarde bien qui serre la main,

À celle qui t’aime de chagrin :

C’est une jeune pousse née en juin!

 

Fa mi do ré, pour une artiste,

Ré si la sol ! Rebelle pour toi

La fa mi sol, ré mi sol…do….pour un duo. 

 

Sur une corde de ton violon,

Je joue ma vie grâce à ton nom.

 

LARPP

Bonne semaine à tous et toutes, les couleurs et la guérison

La clé de votre cristal:

hebergeur d'image

 

 Connaitre les  COULEURS………………….( voir la symbolique si dessous)

La capacité de guérison de votre cristal est connecté avec sa couleur.

La couleur nous influence à chaque niveau de notre être:

physique, émotionnel, mental, spirituel.

Une connaissance des couleurs nous aide à choisir la bonne pierre.

Chaque couleur nous offre l’opportunité de prendre conscience de qui nous sommes.

Il n’y a pas de bonnes ou de mauvaises couleurs.

Quand vous prenez le cristal dans vos mains, ressentez d’abord.

Quelle est la différence avec les autres couleurs?

Qu’est-ce qui bouge à l’intérieur de vous?

Où le sentez-vous?

Si vous sentez une attirance, sachez que la pierre est parfaite pour vous, en ce moment précis de votre vie.

 

La symbolique des couleurs. Les couleurs nous parlent :

Le symbolisme des couleurs concerne l’historien, le sociologue, le psychologue, le styliste… Une littérature abondante lui est consacrée, et dans des domaines très variés, du symbolisme ésotérique au symbole graphique (panneau de signalisation routière), et passant par l’art religieux et le compagnonnage.

Suivant les domaines, les lieux ou les époques, les réponses sont semblables ou différentes, voire contradictoires, car chaque civilisation, chaque groupe, s’est forgé un symbolisme émanant de sa propre culture. En outre, il apparaît que les couleurs ont un pouvoir physique, physiologique et psychologique sur tout ce qui vit (voir l’utilisation qu’en font les caméléons et certains insectes pour leur défense, le paon et le publiciste pour la séduction, etc.) De nombreux ouvrages examinent l’expression des couleurs et leurs différents pouvoirs.

Certains, étayés par des travaux scientifiques, montrent l’action de la couleur sur l’organisme humain ou animal, d’autres se basent sur des tests psychologiques sérieux pour des études de comportement, d’autres encore rejoignent le symbolisme ou l’ésotérisme avec par fois des contradictions car il s’agit là de sensations non chiffrables et relatives, mais néanmoins intéressantes.

Une couleur peut agir seul sur notre comportement.

Il est admis que, dans l’environnement, le vert détend, l’orangé est tonique, le rouge est excitant, etc. mais aucun instrument ne peut quantifier ce qu’une couleur exprime. Il est cependant une notion souvent utilisée par les coloristes ou les peintres que l’on peut prendre en compte, c’est la sensation de chaud ou de froid que l’on peut ressentir devant une couleur. Est-ce parce que le bleu d’un glacier est proche du cyan et que le flamme d’un brasier est proche du vermillon que ces deux couleurs sont réputées représenter le mieux ces deux sensations ? Les robinets d’eau chaude et froide sont repérés dans le monde entier par le bleu et le rouge. C’est dire que ce lien est bien établi… D’après différents auteurs, d’autres expressions, regroupées dans le tableau suivant sont souvent associées à cette notion de chaud et de froid.

FROID CHAUD 

La proximité d’une couleur sombre exalte une couleur claire. Deux couleurs complémentaires sont en harmonie pour l’œil. L’expression naît du choix des couleurs, de leur forme, de leur grandeur et de leur positions relatives. Elle naît aussi des contrastes plus ou moins grands entre des tons, des saturations, des clartés des grandeurs de surfaces, etc. La maîtrise de cette notion nécessite des années d’observation, de réflexion et d’expérience. Pour le décorateur, l’architecte, et styliste et surtout le peintre, c’est LA difficulté et en même temps la réussite de l’œuvre d’art. Les couleurs occupent une place exceptionnelle dans la symbolique traditionnelle depuis le début de l’humanité.

hebergeur d'image

Elles eurent la même signification chez tous les peuples de la haute antiquité. Leur langage, intimement lié à la religion, passe dans l’Inde, en Chine, en Egypte, en Grèce, à Rome… reparaît dans le Moyen Âge, et les vitraux des cathédrales gothiques trouvent leur explication dans les livres zends, les Vedas, et les peinture des temples égyptiens… Elles ont joué une fonction cosmique et ont représenté des divinités dans diverses cosmogonies : chez les Amérindiens (Mayas, Aztèques, Incas…), le rouge est associé à l’Est, pays du soleil ; le bleu ou le blanc au Nord (pays du froid) ; le Noir à l’Ouest (pays de l’ombre) ; le jaune ou le blanc au Sud… Les Japonais reconnaissent aux couleurs « des significations particulièrement délicates dépassant ce que l’homme est capable de décrire ».

Les écoles shintoïstes enseignent à leurs initiés les correspondances suivantes : Noir et Violet Nord – Primitif, origine, paradis. Bleu ou Vert Est – Vie, création. Rouge Sud – Harmonie et expansion. Blanc Ouest – Intégration et propulsion. Jaune Centre – Créateur, unité Cette série de cinq couleurs domine le rituel : lorsque l’Empereur fait à un dieu un don d’étoffes, il doit y en avoir au moins une pièce de chaque couleur ; les bannières sont composées de bandes de cinq couleurs ; les bandelettes de cinq couleurs pendent aux grelots portés par les danseurs lors de certaines danses sacrées… Dans les lignes qui suivent, nous allons évoquer les couleurs suivantes : Blanc, Rouge, Jaune, Orangé, Vert, Bleu, Violet, Rose, Noir, Gris, Brun. Blanc 

Synthèse de toutes les couleurs,

le blanc est la lumière, et les anciens en avaient fait la couleur de la divinité : les Egyptiens enveloppaient les défunts dans un linceul blanc pour montrer que la mort délivre l’âme pure de son enveloppe charnelle périssable.

Chez les Hébreux, la tunique de lin blanc représentait la pureté du Sacrificateur et la justice divine. A Rome, le blanc était la couleur des vestales (prêtresses qui étaient brûlées vivez lorsqu’elles manquaient à leur voeux de chasteté…).C’était aussi le couleur des druides, des initiés… Participent de la symbolique du blanc et emblèmes de pureté, vertu et chasteté : la robe blanche de la communiante et de la mariée, le bouquet de fleur d’oranger, le lis, la colombe, le lin, l’ivoire, le diamant, la neige… Par extension, c’est aussi parfois la couleur du deuil d’un enfant, d’un être pur… Sous son aspect maléfique : la lune (le blanc lunaire est celui de la lividité cadavérique et du linceul)

 

 

Rouge En Egypte, le rouge symbolisait l’amour divin. C’est la couleur du sang frais et du feu qui, selon les anciennes croyances a créée le monde et le détruira. Il symbolise la vie, la chaleur et la génération, mais aussi la destruction. Le rouge vif, ou clair est la force vitale, la richesse et l’amour. Mais, sous son aspect infernal, le rouge correspond à l’égoïsme, à la haine et à l’amour infernal. Dans les textes sacrés des Chrétiens, des Egyptiens, des Hébreux et des Arabes, cette couleur a toujours été associée au feu et à l’amour divin, et a symbolisé la divinité et le culte. Couleur des généraux, de la noblesse, des patriciens et des empereurs à Rome, les cardinaux ont hérité de ce symbole de la souveraineté. Au Pérou, elle était liée à la guerre et désignait les soldats. Au niveau psychologique, le rouge représente la joie de vivre, l’optimisme, la vigueur, l’instinct combatif et ses tendances agressives, la pulsion sexuelle, le désir amoureux, la passion, le besoin de conquête…

 

Jaune Couleur de la lumière, emblème de l’or, associé au miel, le jaune était la couleur de la lumière céleste révélée aux hommes et de la doctrine religieuse enseignée dans les temples. Mais le jaune lunaire, couleur de l’or terni est du soufre symbolise l’inconstance, la jalousie, les passions dépravés, l’adultère, la culpabilité, la trahison (dans l’iconographie, Judas est vêtu de jaune ; dans plusieurs pays, les juifs devaient porter des vêtements jaunes parce que Judas avait trahi le Christ , ou une étoile jaune… ; en France, on barbouillait de jaune la porte des traîtres, les « briseurs de grève » étaient appelés des « jaunes »…) Au point de vue psychologique, et dans les rêves, le jaune est la couleur de l’intuition et symbolise la capacité de renouvellement, l’entrain, la jeunesse et l’audace, mais aussi souvent l’instabilité et la vanité. Il révèle un besoin de supériorité et à l’extrême, la volonté de puissance aveugle manifestée en prétentions exagérées à une supériorité factice (souvent compensation d’un sentiment d’infériorité mal liquidé ou inconscient).

 

Orangé L’orangé qui procède du rouge et du jaune désigne la révélation de l’amour divin à l’âme humaine et fut le symbole du mariage indissoluble, mais aussi, par renversement du symbole, de l’adultère, de la luxure, et dans la langue héraldique, de la dissimulation et de l’hypocrisie. Dans les rêves, cette tonalité chaude et brillante, emblème de la luxure, exprime un intense besoin de jouissance et d’expansion, et reflète un équilibre fragile et la nécessité de contrôler ses impulsions. Attribut de Typhon (le monstre qui, en s’attaquant aux dieux de l’Olympe, engagea la lutte entre la lumière et les forces souterraines, le roux a symbolisé dans toutes les mythologies les tendances animales de l’homme, la fécondité extravagante, la perversion, la concupiscence et leurs conséquences : intempérance, débauche, violence, égoïsme…

 

 

Vert Le vert, couleur de la nature, est doué d’un pouvoir de régénération, car il capte l’énergie solaire et la transforme en énergie vitale. Il est le symbole de le régénération spirituelle. Couleur des bourgeons printanier, signalant la fin de l’hiver, il symbolise l’espérance. En Egypte, la couleur verte est attribuée à Phtah, le créateur et le stabilisateur, et à l’eau, parce que dans la cosmogonie égyptienne, l’eau était l’élément primordial de la création. Elle désignait la fondation du temps, la création du monde et symbolisait la naissance matérielle et spirituelle, c’est à dire les mystères de l’initiation. Produit de l’association du jaune et du bleu, le vert possède une dualité : c’est la couleur de Vénus, symbole de renouveau, mais aussi de la vengeance ; du dieu-serpent aztèque, inventeur des arts, identifié au Thot-Mercure égypto-latin et au Lug gaulois, médecin, magicien, satiriste et artisan ; du Kirs musulman qui avait pour fonction de concilier les extrêmes (fonction synthétisée par le Caducée). En Chine, le vert désigne l’Est, le printemps, le bois et la charité ; dans le christianisme, la régénération dans les actes, c’est à dire la charité, et par antinomie la dégradation morale et la folie, le désespoir. Teinté de jaune (la couleur des yeux du dragon et des serpents) le vert est la couleur des eaux mortes, de la putréfaction et a une influence néfaste. Sur le plan psychologique et dans les rêves, le vert, couleur de la vigueur sexuelle, reflète le besoin d’épanouissement, d’estime, de valorisation, de culture et de connaissance.

 

 

Bleu Le bleu est associé à la divinité dans toutes les mythologies : à Amon-Râ, dieu du soleil levant dans l’ancienne égypte ; en Grèce à Jupiter, père des dieux et des hommes, et à Junon, incarnation de la féminité féconde et épanouie ; en Inde, à Vishnou le justicier… En Chine, il symbolise le Tao, la Voie sacrée, le principe insondable des êtres. Le bleu jupitérien, couleur froide du vide, est celle de la vérité ; pour les Égyptiens, de la vérité éternelle, de l’immortalité ; la fidélité, la chasteté, la loyauté et la justice dans la tradition chrétienne. Identifié à l’air, au vent, il symbolise la spiritualité, la contemplation, la passivité et favorise la méditation, le repos. Le bleu clair reflète l’inaccessible, le merveilleux, l’évasion. Sur le plan psychologique et dans les rêves, le bleu est la couleur de la tolérance et représente l’équilibre, le contrôle de soi, les tendances à la générosité, à la bonté, un comportement réfléchi et le besoin de sérénité.

 

 

Violet Le bleu et le rouge s’équilibrent dans le violet qui signifie l’amour de la vérité et la vérité de l’amour. Il fut le symbole des noces mystiques du Seigneur et de l’Eglise, de la passion et des martyrs, et représente l’identification totale du Père et du Fils. C’est aussi la couleur des veuves, des évêques et des martyrs, et un symbole de mort pour les Chinois. En psychologie, le violet, couleur de la fusion amoureuse, de la soumission, traduit le besoin d’union, d’approbation et d’identification à un être aimé. Mais ce rouge refroidi renferme quelque chose d’éteint et peut exprimer un étant d’esprit mélancolique, s’accompagnant du besoin de tendresse et de douceur.

 

Rose Association du rouge et du blanc, le rose, couleur de la chair, de la rosée régénératrice, de la séduction, symbolise l’amour, la pureté, la fidélité (comme la fleur du même nom)

 

Noir Le noir, négation de la lumière, est le symbole du néant, de l’erreur, de ce qui n’est pas et s’associe à la nuit, à l’ignorance, au mal, à ce qui est faux. Il indique « l’ignorance enfantée par le mal et par toutes les passions égoïstes et haineuses ». Couleur du charbon, il évoque le processus de la combustion, prélude à la régénération et renferme une idée de résurrection. Les rites initiatiques de l’antiquité comportaient des épreuves nocturnes : le postulant traversait une mort symbolique dans un lieu obscur, pour devenir un homme nouveau et renaître à la vie spirituelle. On peut y voir l’expression du complexe d’abandon, inséparable de la mélancolie et souvent accompagné de la peur de la vie et du désespoir, tendance reflétées dans les rêves, ainsi que le besoin d’indépendance. Gris Union du blanc de l’innocence et du noir de la culpabilité, le gris fut l’emblème chrétien de la mort terrestre et de l’immortalité spirituelle, de l’innocence calomniée, noircie, condamnée par l’opinion ou les lois. C’est aussi la tonalité de la tristesse, de l’anxiété, de la rêverie vague. Dans la Bible, c’est la couleur de la cendre, symbole de pénitence et de deuil.

 

Couleur équivoque, le gris traduit le manque de vigueur des asthéniques, des déprimés, l’égoïsme, le refus de l’engagement, l’enclos narcissique, et, dans les rêves, l’excès d’indifférence, l’ennui, la froideur, le besoin de tranquillité.

 

Brun Le brun, couleur de la terre, de la boue et du feuillage d’automne renferme des idées de dégradation et de mort. Dans la symbolique chrétienne, le rouge-noir, mélange de feu, de fumée, de cendre et de suie est le symbole de l’amour infernal et de la trahison. Couleur de la matérialité, le brun correspond à l’agressivité latente ou déclarée, la méchanceté, l’obstination, l’avarice, l’égoïsme. Dans les rêves, il traduit le besoin de confort et de sécurité.

Regard attendrissant

Par ton regard tu nous émeu

fragile et triste sous nos yeux!  attendrissant d’ amour pour deux!

 toi petit chat en blanc et noir!

 

Image Hosted by ImageShack.us




annee2009 |
Welcome on Tlcpost |
Bouba la Princesse en live |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | elle
| Un regard différent sur l'A...
| Mohamed Romdhane